LEGION ETRANGERE,KEPI BLANC,FORUM SCH(er)MUNCH

SOYEZ LES BIENVENUES
 
NOEL 2015AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De quoi s'agit'il ??

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
MICHAUX

avatar

Masculin
Scorpion Chèvre
Nombre de messages : 30048
Date de naissance : 11/11/1931
Age : 86
Localisation : BELGIQUE
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: De quoi s'agit'il ??   Sam 21 Juin - 17:41:47

Allez FREITAS, vu que c'est samedi, je vais te donner la réponse.

Blessé sur la frontière Alégro-Tunisienne le Colonel MASSELOT à eus de
la chance, la balleà d'abord traversé :
le poste de radion, sesJUMELLES et son STYLO avant de la frapper à la
poitrine . Les jumelles et le stylo, sont exposés au musée du 2 éme REP à
Calvi.
Maintenant, va sur Google, tape:Colonel MASSELOT, et tu me diras ce
que tu penses de types comme lui. Son bataillon sacrifié pour que les autres puissent sortir de Hoa-Binh, et bien non, lui a ramené son Bton.

J'ai eus l'honneur de le CROISER à l'hopital GRALL,alors que j'y étais allé
rendre visite (avec son ordonnance, un belge) au Lt qui commandait le
peloton d'élèves caporaux à Tay-Ninh,lorsque j'y avais été faire mon
peloton.
Revenir en haut Aller en bas
freitas DCD

avatar

Masculin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 36055
Date de naissance : 25/08/1964
Age : 53
Localisation : Nul part
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: De quoi s'agit'il ??   Sam 21 Juin - 17:53:21

Revenir en haut Aller en bas
http://manuvino.com
freitas DCD

avatar

Masculin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 36055
Date de naissance : 25/08/1964
Age : 53
Localisation : Nul part
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: De quoi s'agit'il ??   Sam 21 Juin - 17:55:11

COLONNEL Georges MASSELOT


23 avril 1911 - 1 juin 2002
Voici le dernier volet de l'hommage rendu au colonel Georges Masselot. Il relatera le putsch, la prison et enfin une retraite bien méritée.
Malheureusement ce dernier article coïncide avec le décès de son épouse.
Faut-il voir là un signe du destin ?


Le putsch
Le 22 avril 1961, les 14ème RCP du colonel Lecomte et le 18ème RCP font route sur Alger. Dès leur arrivée, le général Challe les envoie sur Oran, et Tlemcen où le général de Pouilly a gardé le contact avec Paris.
Il a le général au téléphone.

Alors Masselot, il paraît que vous devez m'arrêter ? »
Mon général je veux surtout vous parler.. Nous avons trouvé dans votre bureau la note du gouvernement prévoyant un honteux cessez-le-feu dans les jours prochains. Votre fils et le mien ne se sont pas sacrifiés pour cela. J'irai vous voir demain seul et sans arme ».
Arrivé sur place, un lieutenant de Légion, officier d'ordonnance du général de Pouilly m'attend... Il se présente et me dit très ému : « Mon colonel, je vous en supplie, ne faites aucun mal à mon général »
Je le rassure. De Pouilly la larme à l'oeil me dit
Masselot, emmenez moi dans le jardin pour m'abattre ! »
Tout en pensant que lui au moins, a compris que la la réussite d'un putsch dépendait de la vigueur de la première action, je réponds, avec un bon sourire qu'il faudrait pour cela qu'il me prêtât une arme car je n'en avais pas....

Le putsch se termine comme on le sait et le 29 avril.
J'ai fait venir de Batna le glorieux drapeau du régiment et lui fis mes adieux au cours d'une prise d'armes émouvante où, en quelques mots, je remerciais et félicitais mes hommes, les assurant qu'ils devaient rester fiers d'eux-mêmes et de leur régiment. Des années plus tard, c'est avec plaisir que nous nous retrouvons, malgré les rides, les bedaines et les calvities, mais avec l'orgueil d'avoir donné, jusqu'au bout l'exemple du courage et de la fidélité à l'Honneur militaire.

Le colonel Lecomte, ses officiers, Georges Masselot et les siens embarquent sur deux Dakotas pour Paris.

LLecomte et moi sommes emmenés à l'hôpital Villemin pour deux jours de garde à vue et d'interrogatoires. Au poste de télé, dont nous avons la jouissance, nous voyons et entendons la Grande saucisse vitupérer !
Quatre jours après nous sommes transférés au Fort de l'Est, gardés par le général de brigade Giraud (Eh oui, le fils de son père...) baptisé général Mon père et qui ne semble pas gêné.
Trois jours après nous sommes amenés à la Santé... Formalités de réception, photos de face et de profil, empreintes digitales. On nous épargne (Lecomte et moi) l'investigation intime avec une règle destinée à rechercher, Dieu sait quoi, dans notre fondement.. .On nous retient nos tenues militaires et en fin d'après-midi on nous incarcère à la 6ème Division (politique), chacun au secret dans une cellule... La mienne avait été celle de Ben Bella !

Le procès - La prison
Le 28 juin 1961 le colonel Masselot comparaît devant le HautTribunal Militaire pour « s'être rendu coupable d'avoir, en Algérie, en avril 1961, dirigé et organisé un mouvement insurrectionnel ou sciemment et volontairement fourni et procuré des armes et des munitions à ce mouvement ou, de toute manière, pratiqué des intelligences avec les directeurs et commandants de ce mouvement.. »
L'audience est ouverte à 13 heures 05... et sera levée à 17 heures 55 après que le tribunal eut prononcé sa sentence: « Condamne l'accusé à la peine de 8 années de détention criminelle ».

Dans ma déclaration je dirais entre autre à mes juges : « Je suis né en Afrique du nord, où ma famille vit depuis plus de 110 ans. Officiers, fonctionnaires, médecins, les Masselot de cinq générations ont, en Algérie, un bien à défendre : un caveau de famille au cimetière de Bougie... »
Après le procès, nous sommes ramenés à la Santé jusqu'au 13 juillet où nous sommes transférés à la centrale pénitentiaire de Clairvaux. Site sinistre où à 10 kilomètres se situe la Boisserie de qui vous savez.
Sur les portes de nos cellules nous avons accroché nos Légions d'Honneur et, pour mon compte, reprenant une vieille anecdote du Chevalier d'Assas, j'ai mis un écriteau... "A moi Auvergne... L'ennemi n'est pas loin ! 10 kilomètres environ dans le nordest !"
Le 4 août, quelques épouses, dont la mienne, étaient venues nous voir à la prison. A 18 heures elles quittaient la Centrale sans rien remarquer de particulier...
A 20 heures, Challe nous rassemble. Il vient de recevoir la visite du sous-directeur de l'Administration Pénitentiaire accompagné d'un commissaire de police et d'un colonel de gendarmerie : « Prévenez vos camarades de faire leurs bagages, nous avons reçu l'ordre de vous transférer dans une maison d'arrêt duSud-ouest... »
Challe leur répond que nous n'acceptons pas ce
"transfèrement" (terme officiel) car nos épouses ne sont pas prévenues, que certaines ont pris leurs dispositions - pour se rapprocher de nous. Les quatre guignols répliquent « qu'au fond, on ne nous ne demande pas notre avis ». Challe les prie de revenir dans une demi-heure car il veut nous mettre au courant. Nous sommes d'avis de refuser et au besoin de résister par la force... Nous c'est les généraux Challe, Zeller, Bigot, Nicot et Petit, puis les colonels Lecomte, de la Chapelle et mézigue, les chefs de bataillon de Saint-Marc, Robin, Fohran. Challe et Zeller plus âgés ne souhaitent pas une bagarre perdue d'avance et le premier nous dit : « C'est bien de refuser mais quel motif invoquer ? »
Je lui suggère le suivant : « Vous servez un gouvernement de pourris et nous savons très bien qu'en pleine nuit, vous nous arrêterez dans un bois, sous prétexte de lever la patte... Alors là, vous nous exécuterez sous prétexte d'une tentative d'évasion. »
Motion approuvée et Challe fait revenir ses interlocuteurs. Il leur fait la déclaration adoptée en précisant que nous, bien sûr, on n'est pas d'accord. Nos interlocuteurs sont choqués et le commissaire de police de s'écrier : « Vous avez ma parole de fonctionnaire que vous n'avez
rien à redouter ».
Bigot lui répond : « Pourquoi ça a une parole d'honneur un fonctionnaire gaulliste ? » Et il ajoute « Je vois que vous portez un ruban rouge... Dans quelle poubelle gaulliste l'avez-vous ramassée ? »
La Chapelle se lève alors et jette le commissaire hors de la pièce en lui disant :« On vous a assez vu... ! »
Les choses semblaient prendre mauvaise tournure et cependant que Challe reprenait la discussion, je me suis rendu dans le couloir donnant sur un escalier dont les marches étaient occupées par un escadron de gendarmes mobiles. Pas d'officier visible, mais un vieux margis-chef, médaille militaire pendante, le visage ravagé, les larmes aux yeux. Je m'adresse à lui : « Vous allez recevoir l'ordre d'employer la force contre ceux qui furent les chefs de l'armée... C'est bon pour les CRS, pas pour vous. » Car en plus de cet escadron d'une centaine de gendarmes, il y avait une CRS, 20 surveillants de prison armés et 20 inspecteurs de police dont on devinait le pistolet à la ceinture.
Challe nous rassemble à nouveau : « Voilà ce qui a été décidé. Nous refusons de faire nos bagages et nous serons emmenés de force mais sans combat. Laissez vos affaires dans vos cellules, ils s'engagent à vous les faire parvenir. Notre destination c'est Tulle »...
Alors, un par un, portés par six gendarmes qui nous supplient de ne pas résister, nous sortons salués par les droits communs qui nous acclament et conspuent le pouvoir! Arrivés dans la cour nous sommes répartis dans deux cars de gendarmerie salués par le général Zeller qui annonce le nom et le titre de chacun d'entre nous.


- Général d'Armée Aérienne Guy, Maurice Challe, Grand Croix de la Légion d'Honneur, ex-commandant des Forces Alliées Centre Europe... Etc.
Vers 1 heure du matin, on nous débarque pour uriner dans une clairière préalablement cernée par notre escorte l'arme à la main, et je fais remarquer à haute voix à Lecomte : « Regarde ces cons là ils se surveillent mutuellement, en cas d'incident ils se massacrent entre eux ».
Un inspecteur de police croit bon, avec l'accent de Bab-elOued, de faire une remarque... Ce qui lui vaut de ma part un défilé de toutes les injures pataouètes : « Coulo, falso, etc.
Nous traversons la France en diagonale et vers 3 heures de l'après-midi nous arrivons à la maison d'arrêt de Tulle...
Nous avions le régime politique qui se traduisait par la liberté de circulation dans la prison de 7 heures à 23 heures, heure à laquelle nous étions enfermés. Nos épouses pouvaient venir nous voir deux fois par semaine et nous les recevions en parfaite intimité. Nous informons aussi le surveillant-chef que nous considérons que nos grades nous restent acquis, du moins lorsqu'ils s'adressent à nous « Je ne suis pas le détenu Masselot, mais le colonel Masselot!
Puis vinrent nous rejoindre le général Faure ainsi que le colonel de Sèze, le chef de bataillon Camelin, le lieutenant de vaisseau Guillaume, puis un beau jour les généraux Jouhaud et Salan...
Pour s'occuper nous avions créé un tennis dans la cour, la Chapelle faisait de l'ébénisterie, moi de la reliure après avoir, par correspondance, obtenu le brevet
de "Maître relieur".
Guite était venue s'installer à Tulle avec nos deux chiens qui l'accompagnaient à chaque visite et qui s'envoyaient les chiennes du surveillant-chef, qui en bon Limousin, revendait les produits...
Les années passèrent et un beau jour, 51 mois après mon arrestation, Guite m'annonça que quelques uns d'entre nous, dont moi, seraient libérés le lendemain. Et le 13 juillet à 10 heures au volant de mon "Ariane" je quittai la taule sans autre regret que d'y laisser quelques uns de mes compagnons.
La retraite à Gan
Muni d'un billet de levée d'écrou, seule pièce d'identité qui perdurait au bénéfice d'un "bénéficiaire d'une mesure de grâce amnistiante" qui n'amnistiait rien, mais qui permettait au " 2eme classe Masselot", privé de ses droits civiques, de ne plus être enfermé...

A l'insu de la Grande Zohra et de ses Bachi-bouzouks on me servit une retraite de lieutenantcolonel au plus bas échelon de son grade. Cela dura jusqu'à la grande frousse de De Gaulle de 1968.

Puis ce sera la retraite après Il années de vie civile. Retraite prise dans un cadre heureux près de Pau, où Georges gardera le contact avec le monde parachutiste et les anciens du 18ème RCP.


Revenir en haut Aller en bas
http://manuvino.com
freitas DCD

avatar

Masculin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 36055
Date de naissance : 25/08/1964
Age : 53
Localisation : Nul part
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: De quoi s'agit'il ??   Sam 21 Juin - 17:59:39


Mort du Colonel Masselot



AVIS DE DÉCÈS


J'apprends par la lettre de Véritas n° 64 de juin reçue ce matin ( BP 21-31620 Fronton.) http://comite.veritas.online .fr, que le Colonel Masselot est mort le mardi 4 Juin à Gan (64).

Celui-ci, grièvement blessé en 40 et 44, qui servit au 2ème REP en Indochine et commanda le 18 ème RCP, au moment du putsch, fut condamné à 8 ans de prison avec le Colonel Lecomte, patron du 14 ème RCP.

Tous deux se retirèrent mutuellement leur cravate de Commandeur de la Légion d'Honneur. Ce pied noir de Bougie avait perdu un fils en embuscade en Algérie.

Il avait succédé au 18 ème, au Colonel De Sarrazin, lui aussi emprisonné par De Gaulle, alors que ce résistant avait été torturé par la gestapo.
Triste et honteuse époque, où un héros de l'Indochine a osé venir déposer à charge, au procès de cet autre héros...Cela me rappelle l'époque, plus récente où dans le même ascenseur , à Nice ou à Fréjus, deux officiers supérieurs se croisaient , sans se saluer, l'un ayant présidé le tribunal d'exception qui réclamait la peine de mort contre l'autre.
Brechignac, Lecomte, Masselot, De Sarrazin, Gardes et tant d'autres, sous Bonaparte, vous eussiez été faits Maréchaux d'Empire.
Les noms de Degueldre, Delhomme , Souetre et j'en passe, seraient gravés sur l'Arc de Triomphe de l'Algérie Française.
Pauvre France !...
Revenir en haut Aller en bas
http://manuvino.com
MICHAUX

avatar

Masculin
Scorpion Chèvre
Nombre de messages : 30048
Date de naissance : 11/11/1931
Age : 86
Localisation : BELGIQUE
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: De quoi s'agit'il ??   Sam 21 Juin - 19:21:37

Très bien FREITAS,
j'avais pas lu ces articles
mais tu dis cliquer sur le premier qui apparait,
là tu auras le détail du Colonel en Indo, et du sujet du quizz.
Revenir en haut Aller en bas
nelson

avatar

Masculin
Lion Tigre
Nombre de messages : 13874
Date de naissance : 09/08/1974
Age : 43
Localisation : biarritz(64600)
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: De quoi s'agit'il ??   Sam 21 Juin - 19:27:41

tu aurais due le laisser jusqua dimanche le quizz
mais bon avec les indices que ta donner dernierement on l'aurais eu :souri: :legio:
Revenir en haut Aller en bas
MICHAUX

avatar

Masculin
Scorpion Chèvre
Nombre de messages : 30048
Date de naissance : 11/11/1931
Age : 86
Localisation : BELGIQUE
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: De quoi s'agit'il   Sam 21 Juin - 19:33:02

:x1: NELSON,

Oui certainement, mais FREITAS n'en pouvait plus de savoir.

:souri: :souri: :souri: :souirire: :souirire:
Revenir en haut Aller en bas
freitas DCD

avatar

Masculin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 36055
Date de naissance : 25/08/1964
Age : 53
Localisation : Nul part
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: De quoi s'agit'il ??   Sam 21 Juin - 19:33:27

MICHAUX a écrit:
Très bien FREITAS,
j'avais pas lu ces articles
mais tu dis cliquer sur le premier qui apparait,
là tu auras le détail du Colonel en Indo, et du sujet du quizz.
j'ait tout épluché :souirire: :souirire:
Revenir en haut Aller en bas
http://manuvino.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De quoi s'agit'il ??   

Revenir en haut Aller en bas
 
De quoi s'agit'il ??
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» QR Code à Pontorson : de quoi s’agit-il ?
» De quoi s'agit'il ??
» Monazite et radioprotection
» La « Mère de toutes les bombes » : de quoi s’agit-il ?
» L'Antifan quoi qu'est-ce?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGION ETRANGERE,KEPI BLANC,FORUM SCH(er)MUNCH :: SECTION QUIZZ a theme LEGION ETRANGERE et ARMEES-
Sauter vers: