LEGION ETRANGERE,KEPI BLANC,FORUM SCH(er)MUNCH
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

LEGION ETRANGERE,KEPI BLANC,FORUM SCH(er)MUNCH

SOYEZ LES BIENVENUES
 
Officier Légion : Hélie Denoix de S-MARC Mon_si12AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Officier Légion : Hélie Denoix de S-MARC

Aller en bas 
AuteurMessage
MICHAUX

MICHAUX

Masculin
Scorpion Chèvre
Nombre de messages : 32771
Date de naissance : 11/11/1931
Age : 88
Localisation : BELGIQUE
Date d'inscription : 08/10/2006

Officier Légion : Hélie Denoix de S-MARC Empty
MessageSujet: Officier Légion : Hélie Denoix de S-MARC   Officier Légion : Hélie Denoix de S-MARC Icon_minitimeDim 12 Aoû - 12:45:34

Hélie Denoix de Saint Marc, dit Hélie de Saint Marc1,2, né le 11 février 1922 à Bordeaux et mort le 26 août 2013 à La Garde-Adhémar (Drôme)3, est un résistant et un officier d'active de l'armée française, décoré des plus hautes distinctions militaires avec treize citations, ayant servi dans la Légion étrangère, en particulier au sein de ses unités parachutistes. Commandant par intérim du 1er régiment étranger de parachutistes, il prend part à la tête de son régiment au putsch des généraux en avril 1961 et il est condamné à dix ans de réclusion criminelle. Réhabilité dans ses droits en 1978, il est élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur le 28 novembre 2011.
Affecté au poste-frontière de Tà Lùng, au milieu du peuple minoritaire Tho, il voit le poste qui lui fait face, à la frontière, pris par les communistes chinois. En Chine, les troupes de Mao viennent de vaincre les nationalistes et vont bientôt ravitailler et dominer leurs voisins vietnamiens. La guerre est à un tournant majeur. La situation militaire est précaire, l'armée française connaît de lourdes pertes. Après dix-huit mois, Hélie de Saint Marc et les militaires français sont évacués, comme presque tous les partisans, mais pas les villageois. « Il y a un ordre, on ne fait pas d'omelette sans casser les œufs », lui répond-on quand il interroge sur le sort des villageois.
Son groupe est obligé de donner des coups de crosse sur les doigts des villageois et partisans voulant monter dans les camions. « Nous les avons abandonnés ». Les survivants arrivant à les rejoindre leur racontent le massacre de ceux qui avaient aidé les Français. Il appelle ce souvenir des coups de crosse sur les doigts de leurs alliés sa blessure jaune et reste très marqué par l'abandon de ses partisans vietnamiens sur ordre du haut-commandement.
Il retourne une seconde fois en Indochine en 1951, au sein du 2e BEP (Bataillon étranger de parachutistes) basé à Hanoï, peu de temps après le désastre de la RC4, en octobre 1950, qui voit l'anéantissement du 1er BEP. Il commande alors au sein de ce bataillon la 2e CIPLE (Compagnie indochinoise parachutiste de la Légion étrangère) constituée principalement de volontaires vietnamiens. Son unité intervient dans l'ensemble des secteurs de l'Indochine française : la Rivière Noire, Bataille de Na San, Plaine des Jarres, Nghia Lo, Tonkin6, etc. Ce séjour en Indochine est l'occasion de rencontrer le chef de bataillon Raffalli, chef de corps du 2e BEP, l'adjudant Bonnin et le général de Lattre de Tassigny chef civil et militaire de l'Indochine, qui meurent à quelques mois d'intervalle.
En 1953, Saint-Marc intègre brièvement le 11e régiment parachutiste de choc, service action du SDECE (services secrets français). Le secret défense interdisant toute communication sur les actions de ces unités, il n'existe aucune information sur ce passage, mais il est probable qu'il ait alors continué à servir en Indochine lors de cette période.
Il intègre le 1er régiment étranger de parachutistes en 1954 et livre les derniers combats de la guerre près d’Haïphong, Tourane et Hué. Commandant de compagnie, il a sous ses ordres le lieutenant Jean-Marie Le Pen7,8. Le 1er REP est rapatrié et s'installe sur une base à Zéralda, dans les départements d'Algérie. Saint-Marc, toujours commandant de compagnie, et intervient dans tout le pays lors des premiers troubles marquant les débuts de la guerre d'Algérie.

Crise du canal de Suez

En 1956, il participe avec le 1er REP à l'expédition de Suez.[réf. nécessaire]

Guerre d'Algérie et putsch des généraux



Après les opérations de Suez, Hélie de Saint Marc, ainsi que son unité, reprennent leur action en Algérie, avant de devenir le directeur de cabinet du général Massu et officier de presse pendant la bataille d'Alger.
En avril 1961, il participe – à la tête du 1er Régiment étranger de parachutistes qu'il commande par intérim – au putsch des généraux, recruté par le général Challe qui dirige le coup de force à Alger. Cette tentative de coup d'État échoue après quelques jours et Hélie de Saint-Marc se constitue prisonnier.
Il explique devant le Haut Tribunal militaire, le 5 juin 1961, que sa décision de basculer dans l'illégalité était essentiellement motivée par la volonté de ne pas abandonner les harkis, recrutés par l'armée française pour lutter contre le FLN, et ne pas revivre ainsi sa difficile expérience indochinoise. Hélie de Saint-Marc est condamné à dix ans de réclusion criminelle. Il passe cinq ans dans la prison de Tulle avant d'être amnistié par le général de Gaulle, et libéré le 25 décembre 19659 ou 196610,11,12.
1978, il est réhabilité dans ses droits civils et militaires.
En 1979 à 57 ans, il est fait commandeur de la Légion d'honneur, le 23 juin 1979, par le président de la République, Valéry Giscard d'Estaing.
En septembre 1982, réintégré dans ses droits, il se voit restituer toutes ses décorations, par la volonté du président de la République François Mitterrand[ré


En 2002 à 80 ans, il est fait grand officier de la Légion d'honneur, le 28 novembre 200217, par le président de la République, Jacques Chirac.
En 2011 à 89 ans, il est fait grand-croix de la Légion d'honneur, le 25 novembre 201118, par le président de la République, Nicolas Sarkozy19
Revenir en haut Aller en bas
 
Officier Légion : Hélie Denoix de S-MARC
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGION ETRANGERE,KEPI BLANC,FORUM SCH(er)MUNCH :: SECTION>SUJETS LEGION ETRANGERE+AVIS de RECHERCHE et de DECES-
Sauter vers: